Expositions passées
2012

Isabelle Waldberg (1911-1990)
16 dessins

Cour_16_Isabelle_Waldberg_16_dessins_cour16.
Du 13 décembre 2012 au 12 février 2013


Sculpteur d'origine suisse, Isabelle Waldberg travaille à Paris dès 1936, elle y rencontre notamment Giacometti et Arp.
De 1941 à 1946, elle vit à New York où elle fait la connaissance de Breton, Duchamp et Ernst et adhère au groupe surréaliste. A son retour à Paris après la guerre, son oeuvre, sans renier l'inspiration surréaliste, évolue vers un traitement matiériste et sensuel des volumes.

A l'occasion des fêtes de fin d'année, Cour 16 présenta une série complète et rare d'œuvres sur papier, préparatoires à des sculptures, intégralement reproduites dans l'ouvrage que lui consacra son fils Michel Waldberg, écrivain, poète et critique d'art.
 

SEIGLE
Un couple peintre

Seigle_Paysage_1957_Cour_16.jpg
du 04 octobre au 29 Novembre 2012



Le 4 octobre 2012, la galerie Cour 16 présenta une exposition-rétrospective consacrée à Seigle, au travail du couple que formèrent Henri Julien et Nô Pin.

Dans sa préface à l'un des ouvrages qui leur est consacré, leur ami André Breton écrit:
"Je pense qu'on ne saurait trop insister sur cet exceptionnel répondant de l'art de Seigle en valeur humaine : la chance nous est donnée d'appréhender non plus seulement les réactions d'une sensibilité individuelle, si riche soit-elle, ….. mais celles du couple le mieux parvenu à la fusion sensible, du fait que ses éléments ont toujours vécu côte à côte, partagé les mêmes impressions d'enfance et subi intellectuellement la même formation…Plus que la main d'un peintre, une main comme on n'en a pas encore vu, main d'homme indistincte d'une main de femme."*

*In: André Breton, Préface, catalogue Seigle, galerie Creuze, janvier 1951.
Repris dans: Le surréalisme et la peinture,
Nouvelle édition revue et corrigée (1928-1965), Paris, Gallimard, 1965, p. 235

 

Oeuvres de 1955 à 1960

Roger LERSY_Le piano vert_1958_Cour16.jpg
du 24 mai au 29 juin 2012


1955 – 1960, période charnière dans la vie artistique française : le Salon des Réalités Nouvelles, jusque là principalement consacré à l’abstraction géométrique, s’ouvre aux autres tendances de l’abstraction, allant même jusqu’à accepter des œuvres qualifiées de "figurations allusives".
Le Salon des Jeunes Peintres, devenu en 1954 le Salon de la Jeune Peinture et consacré à la peinture figurative, évolue, passant progressivement des œuvres doloristes ou misérabilistes de la décennie précédente à une peinture plus optimiste, axée sur la recherche du bonheur.

Le tout récent Salon Comparaisons (né en 1954), cherche à montrer des œuvres tant figuratives que non figuratives, et s’ouvre aux artistes étrangers, notamment sud-américains.
L’ "abstraction lyrique" va céder la place au "Nouveau Réalisme" de Restany, Klein, Arman, Tinguely…
Le vieux Salon des Indépendants, le Salon de Mai, le Salon d’Automne et celui des Peintres Témoins de leur Temps continuent d’enrichir l’offre plastique.

Rendant hommage à quelques artistes de la galerie, éminents représentants de cette période, Cour 16 présente un accrochage d’œuvres, toutes datées, tant figuratives que non figuratives.

Pour les œuvres de figuration, on notera un exceptionnel ensemble de vues de chantiers de Jack Ottaviano, une des toutes premières peintures de Danièle Perré et une remarquable "Composition à la guitare" de Zora Staack.

Lichtner-Aix
Oeuvres sur papier

Cour_16_LICHTNER-AIX_Le_berger_1984_carton_invitation.jpg
du 22 mars au 27 avril 2012


Voir le dossier de presse


Lors de la Semaine du dessin du Quartier Drouot 2012, la galerie Cour 16 avait choisi de rendre hommage à LICHTNER-AIX (1939–1987), dessinateur, peintre et graveur, et présenta une sélection d'œuvres sur papier, figuratives ou non de plusieurs artistes de la seconde partie du XXème siècle.

Né à Berlin, Werner Lichtner fuit à l'Ouest en 1961, et, en 1967, s'installe en Provence pour se consacrer à la peinture. Il prend le nom de LICHTNER-AIX pour marquer cet enracinement.
LICHTNER-AIX cherche à transmettre le sentiment de liberté qu'il ressent en Provence, les effets de la lumière, le souffle du vent, ses paysages, souvent à peine évoqués, servent de supports à sa méditation poétique.

Les œuvres présentées furent réalisées entre 1976 et 1987 et provenaient directement de l'atelier de l'artiste.