LAKS Victor (1924-2011)
victor_laks_portrait-quartier_art_drouot_dessin_cour16.jpg
Victor Laks
© Alexandra Laks


Victor Laks naît en 1924 à Chatillon-sur-Seine (Hauts de Seine). Il commence à dessiner très jeune, encouragé par les siens mais se refusera à intégrer l'Ecole des Beaux-Arts. Il se forme dans l'atelier d'Emile-Othon Friesz et suit les cours de l'école du Louvre. A la fin de la seconde guerre mondiale, il décide de rompre avec le vieux continent et s'exile aux Etats-Unis. L'école de New York est alors en gestation.
Parallèlement à la poursuite de son travail, il enseigne la peinture à l'université du Nouveau-Mexique, à Albuquerque très précisément, où il expose en 1948. Durant ces années il voyage au Mexique – en compagnie d'Oscar Gauthier notamment – à la Nouvelle-Orléans et au Brésil. Il expose à Rio en 1949. En 1950, il est de retour à New York où il enseigne au lycée français et à la New York University. Il enchaîne alors les expositions personnelles dans différentes galeries new-yorkaises dont la Galerie Moderne en 1953 et la Wildenstein Gallery en 1954. Il effectue en parallèle des voyages en France au cours desquels il fait la connaissance de Michel Tapié, Georges Mathieu, Pierre Soulages et Camille Bryen.

Les œuvres de cette époque se caractérisent par un expressionisme construit, dont la palette fait référence à celle des fauves. Mais déjà ses sujets dépassent la réalité objective.

1955 est l'année de son retour définitif en France et de sa rupture avec la figuration.

Pour Laks, la capitale est un centre ouvert sur tous les horizons dont les pôles se rapprochent. Son atelier de la Villa Saint-Jacques avec son jardin dissimulé en est le symbole. De ce lieux partent plusieurs axes : celui qui mène chez Cérès Franco, brésilienne passionnée d'art "primitif" et qui aime recevoir artistes et collectionneurs dan son appartement de la rue Quincampoix, située au-dessus de sa galerie, L'Œil de Bœuf, carrefour cosmopolite où il expose en groupe. Il y a le chemin qui mène chez Gildas Fardel qui organise des dîners réunissant Bozzolini, Huguette Arthur Bertrand, Fichet, Seund Ja Rhee et Laks. Sur les murs de son appartement, les œuvres de ses amis peintres côtoient les Kandinsky, constituant la collection que ce grand amateur d'art a léguée au Musée de Nantes.

Par le salon des Réalités Nouvelles auquel il expose régulièrement depuis 1960, il se lie avec la colonie roumaine Alexandre Istrati, Natalia Dumitresco, Brancusi. (…) Enfin il y a le bureau de Michel Tapié à la Galerie Stadler, rue de Seine, pivot d'un empire esthétique qui passe par l'Amérique, le Japon, l'Iran, l'Italie et plus spécialement Turin où il a fondé l'«International Center of Aesthetic Research», Univers "hors normes" pour Laks qui y exposera en 1968 (catalogue préfacé par Michel Tapié) : sorte d'internationale de l'art informel où priment le geste, la tache, le signe pour aboutir à un enchantement.

Membre des groupes V puis Signes/Espaces/Ensembles de signes, il est également co-fondateur des associations Art&Prospective et le Limitrophe. La présence murale indéniable des œuvres de Victor Laks les a souvent fait s'associer à des ensembles d'intégration architecturale.


Rouge 70 - VII
Encre et lavis d'encre sur papier d'Arches
76 x 56 cm, signé et daté en bas à droite


L'œuvre de Victor Laks est traversée de périodes. D'abord figurative, elle s'oriente vers l'abstraction, évolution qu'il commente ainsi :
"Peignant, je découvrais une peinture que je faisais mais qui, en même temps, d'elle-même se faisait… Il me fallait, dès lors déceler les voies et les ressorts d'une dynamique essentielle qui me dépassait". Cette nouvelle pratique de la peinture le conduit donc à apprivoiser les formes. Entre structures stables et mouvements, entre densité et "zones épargnées"(Victor Laks), entre peinture en tonalités grises, brunes parfois bleues puis radicalement noires et blanches naît un monde tout en tension.

A partir de 1968, la couleur revient et ses peintures, ses lavis, gestuels dans leur mouvement général, se présentent alors comme des proliférations végétales, réseaux de lignes noires s'entrelaçant indéfiniment jusqu' à occuper l'entier espace de la surface.

Sa manière est remarquablement personnelle, si l'on y trouve les traces de la peinture gestuelle, du dripping et même du street-art, son écriture évolue selon les périodes mais reste présente et immédiatement identifiable.


Expositions personnelles

1947 - «Guadalupe Gallery», Albuquerque (États-Unis);
                «Art Museum», Santa Fe (États-Unis).
1948 - «Galeria Escondida», Taos (États-Unis);
                «Rotunda Gallery», San-Francisco (États-Unis).
1949 - «Ministère de l'Éducation et de la Santé», Rio de Janeiro (Brésil).
1950 - «Penthouse Gallery», New York (États-Unis).
1952 - «New Gallery», New York (États-Unis).
1953 - «Galerie Moderne», New York (États-Unis).
1954 - «Galerie Wildenstein», New York (États-Unis).
1968 - «International Center of Aesthetic Research», Turin (Italie);
                «Galleria deI Grattacielo», Milan (Italie).
1969 - «Roche-Bobois»,
                "Cent dessins concernant la naissance des formes", Paris (France).
1971 - «Museo d'Arte Moderna», Fondation Pagani, Legnano-Castellanza (Italie).
1972 - «Centre Culturel de Bobigny» - "Vingt années de peinture", exposition rétrospective en parallèle avec une exposition de Silvano Bozzolini sur le même thème, Bobigny (France).
                «Galleria Cavour», Milan (Italie).
1973 - «Maison de la Culture de Colombes», Colombes (France).
1974 - «Galerie La Pyramide», Florence (Italie).
1975 - «Galerie Septentrion», Marcq-en-Barœul (France).
1976 - «Galerie Christiane Colin», "Feuilles de Présence l ", Paris (France);
                «Centre d'Art et de Communication»,"Feuilles de Présence II", Vaduz (Liechtenstein).
1981 - «Galerie de Bellechasse», Paris (France).
1982 - «Syn' Art», "Exposition de dessins", Paris (France),
1986/1989 - «Galerie Olivier Nouvellet», Paris (France).
1991 - «Galerie Olivier Nouvellet», Paris (France);
                «Galerie Françoise Bolognini», Thionville (France).
1992 - «Galerie Convergence», Nantes (France).
1998 - «Galerie Éric Le Gallo», Rouen (France).

Expositions collectives

1962 - Galerie Orient-Occident, Paris.
1963 Galerie Gérard Mourgue, Paris ; Galerie Sept (« L'œil de Bœuf » de Cérès Franco), Paris ; Biennale de Sào Paul
1965 - Galerie Atheneo, Madrid.
1965 - Galerie Beno d'Incelli, Paris.
1966 - Galerie Marbach (« L'espace intérieur ») ; Galerie Valin Erikson, Goteborg (Suède).
1967 - Galerie Pagani, Milan ; Galerie Numaga, Auvernier-Neuchâtel (Suisse).
1968 - Musée d'Art Contemporain, Skopje (Yougoslavie).
1969 - Musée des Beaux-Arts de Nantes.
Galerie Cortina (« Espaces abstraits » de Michel Tapié), Milan.
1971 - Galerie Vercamer (« Groupe V »), Paris; Symposium der Künste, Mannheim (R.F.A.); Galerie La Bussola, Turin.
1972 - Maison de la Culture de Grenoble (« Groupe V »).
1973 - Galerie Il Giorno (« Groupe V »), Milan ; Palazzo dei Diamanti, Ferrare (Italie) ; Centre Culturel de Toulouse.
1974 - Galerie Weiller (« Groupe V »), Paris ; Foire de l'Estampe, Villeparisis.
1975 - Galerie Mitsubishi, Tokyo.
1976 - Galerie Christiane Colin, Paris ; Athénée du Luxembourg (« Groupe V »), Luxembourg.
1977 - Maison de la Culture des Hauts de Belleville, Paris ; Minitalia, Capriate San Gervasio, Bergame (Italie).
1978 - Galerie de l'Université (« Signes / Espaces / Ensembles de signes »), Paris ; Twithof, Knesselare, Belgique ; Galerie Moris, Tokyo.
1979 - Galerie Simone Badinier (« Traces »), Paris ; F.I.A.C. (Centre d'Art et de Communication, Vaduz, Liechtenstein), Paris ; Maison de la Culture des Hauts de Belleville (« Lyrisme et Géométrie »), Paris ; Galerie Maracaibo (Vénézuéla).
1980 - Mairie du 3° arrondissement (« Signes / Espaces / Ensemble de signes »), Paris.
1981 - Kunstamt, Bezirksamt Reinickendorf, Berlin-Ouest ; Centre Georges Pompidou (« Témoignages »); Centre Culturel du Mexique, Paris. Galerie Lucas (« Quinze artistes de Paris »), Valencia (Espagne).
1983 - Centre Culturel de la Villedieu (« Tendances de la peinture abstraite ») ; Chapelle des Franciscains, Arts et Perspectives, Saint-Nazaire ; Musée d'Art Moderne, Troyes.
1984 - Maison de la Culture des Hauts de Belleville (« Aspects de la peinture contemporaine » , exposition organisée par Gérard Xuriguera), Paris ; 3° Biennale de l'Estampe, Sarcelles ; Musée d'Art Moderne, Troyes ; Festival d'Art Contemporain, Sisteron ; Galerie Jacques Barbier (« Les années 50 »), Paris ; Espace Belleville (« Peinture contemporaine »), Paris.
1985 - Galerie Olivier Nouvellet (« Papiers choisis »), Paris ; Galerie Lambert (30 peintres - 30 pastels), Paris ; Palais Granvelle, (« Les années 50 »), Besançon ; Musée d'Art Contemporain (« Les années 50 »), Dunkerque ; Mairie du 10ème arrondissement (DeI Arco, « 10 ans de sérigraphie »), Paris.
1986 - Galerie 5 (« Abstractions-Figurations »), Fontainebleau ; Galerie Anne Lavenier (« Les années 50 »), Paris ; 4ème Biennale de l'Estampe, Sarcelles ; Centre Culturel Boris Vian, Les Ulis (1er Forum d'arts plastiques en Ile-de-France ) ; Inter-Art (« Le pastel français contemporain « ), Séoul.
1988 - Biennale de l'Estampe, Sarcelles ; Maison de la Culture des Hauts de Belleville, (« Le dessin, le pastel, l'aquarelle aujourd'hui »), Paris ; Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris (« L'Art pour la vie ») ; Galerie Nationale de Prague (« Présence de l'art français contemporain »).
1989 - « L'art à l'école », exposition itinérante, Paris ; Maison de la Culture des Hauts de Belleville (« Signes, codes, symboles ») ; Ecole des Beaux-arts, Paris, « Le paysage dans l'art contemporain » ; Groupe « Atmosphère », Hôtel de Ville de Neuilly.
1990 - Exposition itinérante « Couleurs de la vie ». Cent artistes témoignent pour l'Homme (Bibliothèque Nationale de Paris, Erevan, Prague, Madrid...). Galerie Cour Max Jacob, Quimper.
1991 - Galerie Saint-Rémy, Meaux ; Galerie M.D.C., Moulin de Fombeton (Sisteron) ; Galerie de l'Etoile, (« Ombres et Lumières »), Paris.
1993 - Musée de Libourne (Sélection du Salon des Réalités Nouvelles).


Collections publiques

Musée d'Art Contemporain de Skopje (Yougoslavie).
International Center of Aesthetic Research, Turin.
Fondation Pagani (Castellanza), Milan.
Palazzo dei Diamanti, Ferrare.
Université du Nouveau-Mexique (Etats-Unis).
Musée d'Arts Graphiques, Madrid.
Musée de Ciudad Cuauhtémoc (Mexique).
Musée des Beaux-Arts de Nantes.
Musée de Saint-Orner.
Musée d'Art Moderne de Dunkerque.
Musée d'Art Moderne de Taïwan.
Bibliothèque Nationale de Paris.
Biographie  
Pays France
Source  
Votre recherche